Arwen Marine
 
 
Accueil Les Nouvelles Nos Bateaux L'Entreprise Le Glossaire
Plan du site Recherche sur le site Nous ecrire
Nouvelles précédentes Trouver une page par date Pas de page plus récente
Images des activités en cours à l'atelier

13 mai 2018

Cliquez pour une image plus grande.   Cliquez pour une image plus grande.   Cliquez pour une image plus grande.

Cette peinture de la Belle au Bois Dormant par John Collier (1921) reflète l'intense activité récente sur cette page des "nouvelles", que je n'avais pas mise à jour depuis le 21 septembre dernier... C'est la première fois que cette inactivité était si longue, au point que certains lecteurs se sont inquiétés de la santé d'Arwen Marine et de la mienne. Rassurez-vous, les deux sont bonnes ! Simplement, j'ai manqué de temps et surtout d'énergie pour trier mes photos et programmer ces pages. Ceux qui n'ont pas encore rejetté Facebook et ses péchés ont pu suivre au jour le jour les activités de ma période de silence, car j'ai posté de nombreuses nouvelles sur ce support, nettement plus facile d'utilisation.

 

Le samedi 30 septembre et le dimanche 1er octobre, j'ai participé avec Gandalf à la première édition de "Terre et Der" : une navigation de fin d'été sur le Lac du Der-Chantecoq à marée presque basse, car ce lac artificiel est soumis à un cycle de marée annuel : on le vide chaque fin d'été afin qu'il puisse jouer son rôle de protection contre les crues sur Paris pendant l'hiver et le début du printemps. On le remplit pendant cette période en écrêtant le débit de la Marne et il est de nouveau à marée haute au printemps.

 

La vidange du lac n'est totalement faite que tous les 10 ans afin de vérifier les digues, et les autres années il reste tout à fait assez d'eau pour nos bateaux. Le Lac du Der est aussi devenu une étape pour beaucoup d'oiseaux aquatiques migrateurs et il est ainsi un site incontournable pour l'ornithologie.

    Cliquez sur les photos pour les voir en grand    
Cliquez pour une image plus grande.   Cliquez pour une image plus grande.   Cliquez pour une image plus grande.
Cette première édition de "Terre et Der" fut un succès, avec la participation d'une vingtaine de bateaux, et Christophe nous a assuré qu'il organiserait une seconde édition en 2018 : on y sera !
 
Nous avons trouvé cette navigation tellement sympa que nous sommes retournés au Lac du Der une semaine plus tard avec Marco (qui a pris cette photo depuis "Eolo") et Christophe avec son Aber. Ambiance toute différente avec soleil, chaleur et vent totalement absent.
 
Pendant le mois d'octobre, j'ai terminé le Youyou que j'avais commencé de construire en septembre, une commande "barre en main" de Marc.
         
Cliquez pour une image plus grande.   Cliquez pour une image plus grande.   Cliquez pour une image plus grande.
Collage des listons.
 
Marc utilisera ce Youyou comme annexe pour son voilier.
 
Marc ne pouvant finalement pas venir le chercher comme prévu en nonembre, ce n'est qu'en février de cette année que je le lui ai livré à Bordeaux (en passant par Montpellier et Toulouse, mais c'est une autre histoire, et pas un souci avec le mode d'emploi du GPS, comme certains ont essayé de le faire croire).
    Cliquez sur les photos pour les voir en grand    
Cliquez pour une image plus grande.   Cliquez pour une image plus grande.   Cliquez pour une image plus grande.

A partir du 6 novembre, j'ai construit un Wood Duck 12 avec Hervé, que l'on voit ici occupé à la couture de l'arrière.

 

Nous avons profité de quelques belles journées en novembre pour travailler au soleil ! C'est bien le Youyou à côté du Wood Duck 12 : ceux qui lisent les commentaires savent pourquoi il est encore là !

 

Premier collage de la coque et du pont séparément.

    Cliquez sur les photos pour les voir en grand    
Cliquez pour une image plus grande.   Cliquez pour une image plus grande.   Cliquez pour une image plus grande.

Collage du pont sur la coque : le Wood Duck 12 est basculé sur la tranche pour que nous ayons un meilleur accès au joint-congé tribord. Il sera ensuite basulé sur l'autre tranche pour faire le joint bâbord.

 

Collage de l'hiloire après stratification du pont.

 

Et départ ! Plus qu'à vernir ce joli Wood Duck 12 et hop, à l'eau.

         
Cliquez pour une image plus grande.   Cliquez pour une image plus grande.   Cliquez pour une image plus grande.

Le 20 novembre, nous avons commencé la construction d'un Skerry Raid avec Bernard.

 

Collage de l'hiloire et de la structure de renfort du pont.

 

Stratification de la sole et des galbords.

    Cliquez sur les photos pour les voir en grand    
Cliquez pour une image plus grande.   Cliquez pour une image plus grande.   Cliquez pour une image plus grande.

Pointage-collage des listons : nous avons basculé le Skerry Raid afin d'avoir un meilleur accès pour fixer le liston bâbord.

 

Ponçage au soleil, mais l'anorak et le bonnet de Bernard témoignent que le froid est arrivé !

 

Et le 20 décembre, c'est le départ pour la réalisation des espars, l'installation du gréement et de l'accastillage, et enfin la finition.

         
Cliquez pour une image plus grande.   Cliquez pour une image plus grande.   Cliquez pour une image plus grande.

J'avais montré cette photo sur FB avec cette légende "Les graphistes Arwen Marine au travail sur les "Nouvelles de l'Atelier" : c'est sûr que comme ça, ça prend du temps..." En effet, ça en a pris !

 

En janvier, je commence la construction d'une Yole de Chester "barre en main" pour Eric, qui naviguera dans les eaux de l'Ile de Ré. C'est la douzième que je construits, le second modèle CLC que j'ai le plus construit, car j'ai construit 23 Skerry "standard".

 

Après le premier collage sur l'extérieur et l'extraction des sutures de fil se cuivre, j'ai démonté les deux membrures et fait les joints intérieurs que je viens de poncer.

    Cliquez sur les photos pour les voir en grand    
Cliquez pour une image plus grande.   Cliquez pour une image plus grande.   Cliquez pour une image plus grande.

J'enchaine avec la stratification de la surface intérieure, normalement limitée aux virures 1 et 2, mais que j'étends au virures 3 et 4 afin de rigidifier la yole. Je pense que cela vaut largement l'augmentation de poids de 1 kg.

 

Le froid de cet hiver, déjà mentionné ci-dessus, a considérablement ralenti cette construction, que je ne pense terminer que fin avril.

 

Il faut dire que cette Yole de Chester ne sera pas ordinaire : Eric m'a demandé une serre ajourée et plusieurs éléments "custom" qui prennent du temps. Sur cette image, on voit les cales de la serre ajourée fraîchement collées. Notez que le haut des membrures est découpé pour laisser place à la serre.

    Cliquez sur les photos pour les voir en grand    
Cliquez pour une image plus grande.   Cliquez pour une image plus grande.   Cliquez pour une image plus grande.

Collage des listons après celui des serres.

 

Collage de l'embase des tabourets de nage, qui sont 60 mm plus hauts que les modèles standard car Eric souhaite se dispenser des planchers et les tabourets seront posés directement sur le bordage de fond.

 

Quelques jours plus tard, collage du siège incurvé sur les embases : deux serre-joints par tabouret suffisent à cintrer le contreplaqué qui se plaque sur la découpe courbe des embases.

         
Cliquez pour une image plus grande.   Cliquez pour une image plus grande.   Cliquez pour une image plus grande.

Eric m'a demandé de ne pas installer les planchers car il trouve la yole plus jolie sans (et je suis d'accord avec lui) Du coup, j'ai eu l'idée de ces longerons pour bloquer latéralement les tabourets de nage qui seront posés directement sur les bordés de fond.

 

Je retourne la Yole de Chester afin de préparer la surface extérieure pour la stratification, qui couvrira les virures 1 et 2. Normalement, seuls les bordés 1 sont couverts par la stratification, mais je préfère l'étendre afin de mieux protéger le fond et d'obtenir un bateau plus rigide. Cela impose "d'effacer" l'arête du bas des bordés 2 en la rabotant et en faisant un gros joint, comm on le voit sur cette photo. Sur l'intérieur, les virures 1 à 4 sont couvertes par la stratification.

 

Stratification faite, plus qu'à couper l'excédent de tissu de verre dans le joint entre les bordés 2 et 3.

    Cliquez sur les photos pour les voir en grand    
Cliquez pour une image plus grande.   Cliquez pour une image plus grande.   Cliquez pour une image plus grande.

Le 19 mars, je suspends la construction de la Yole de Chester pour démarrer celle d'un Expedition Wherry avec Bernard, qui naviguera sur la Vilaine et son enbouchure. Ici, nous procédons à la couture de la coque, toujours aussi spectaculaire.

 

Nous avons retourné la coque afin de serrer toutes les sutures. C'est le premier exemplaire de l'Expedition Wherry que je construits et je songe à renommer ce modèle "Explorameur" selon le nom qu'a donné Didier à celui qu'il avait construit en 2015 et adapté en voilier auxilliaire.

 

Collage : nous commençons par faire les joints-congés qui tiendront la structure transversale sur l'intérieur des panneaux de coque.

    Cliquez sur les photos pour les voir en grand    
Cliquez pour une image plus grande.   Cliquez pour une image plus grande.   Cliquez pour une image plus grande.

Suite du collage : nous retournons la coque après avoir fait les joints-congés intérieurs et déposons un cordon d'époxy tout le long des joints entre les panneaux de coque.

 

Après durcissement du premier collage, nous faisons les joints sur l'intérieur du bordage. Le cockpit est le seul endroit où ces joints seront visibles, et nous utilisons donc des bandes Gordini pour avoir des joints bien nets.

 

Le cockpit est également le seul endroit de la surface intérieure à être stratifié, nous posons des bande de fibre de verre sur tous les joints dans les autres compartiments.

    Cliquez sur les photos pour les voir en grand    
Cliquez pour une image plus grande.   Cliquez pour une image plus grande.   Cliquez pour une image plus grande.

Toute la surface intérieure reçoit une seconde couche d'époxy.

 

Nous profitons du beau temps pour sortir poncer la surface extérieure en vue de la stratification.

 

En parallèle, nous préparons le pont et les deux "couvercles" des compartiments étanches de part et d'autre du cockpit : c'est leur face intérieure qui est stratifiée afin de la rigidifier et renforcer.

    Cliquez sur les photos pour les voir en grand    
Cliquez pour une image plus grande.   Cliquez pour une image plus grande.   Cliquez pour une image plus grande.

Nous ajustons à la ponceuse à bande l'équerrage des serres en vue de la pose du pont.

 

Suite de l'équerrage des serres en vue de la pose du pont. La pièce de contreplaqué visible au premier plan à gauche est le gabarit qui sert de guide pour cette opération.

 

Puis nous stratifions l'extérieur de la coque.

    Cliquez sur les photos pour les voir en grand    
Cliquez pour une image plus grande.   Cliquez pour une image plus grande.   Cliquez pour une image plus grande.

Je ne me lasse pas de l'effet de la résine sur le tissu de verre...

 

Il y 4 couches de fibre de verre sur l'étrave comme on le voit ici : le ponçage dégrossi a fait apparaitre clairement la superposition des lisières des landes de fibre.

 

Collage des pontages des compartiments étanches de part et d'autre du cockpit.

    Cliquez sur les photos pour les voir en grand    
Cliquez pour une image plus grande.   Cliquez pour une image plus grande.   Cliquez pour une image plus grande.

Et collage du pont, qui est pressé sur les serres par les bouts d'adhésif et sur les deux cloisons des compartiments étanches avant et arrière par les bidons.

 

Le bout de tasseau lesté de 10 kg plomb de chaque côté du cockpit aide le pont à prendre une forme compatible avec celle de l'hiloire que nous collerons ensuite.

 

Ponçage vespéral à la lampe frontale. La durée limitée de la construction accompagnée impose parfois de faire de longues journées...

    Cliquez sur les photos pour les voir en grand    
Cliquez pour une image plus grande.   Cliquez pour une image plus grande.   Cliquez pour une image plus grande.

Stratification du pont.

 

Collage de l'aileron. Celui-ci est indispensable sur un bateau d'aviron afin de l'aider à rester sur sa route. On voit que nous venons aussi de pointer-coller les listons.

 

Collage de l'hiloire, constituée de deux épaisseurs de contreplaqué de 9 mm. On n'a jamais trop de pinces !

    Cliquez sur les photos pour les voir en grand    
Cliquez pour une image plus grande.   Cliquez pour une image plus grande.   Cliquez pour une image plus grande.

En même temps que l'hiloire, nous collons l'encadrement des deux grandes trappes des coquerons avant et arrière.

 

Et voilà, prêt à partir pour être peint et verni chez Bernard.

 

Et le dimanche 25 mars, en route pour Arzal !

    Cliquez sur les photos pour les voir en grand    
Cliquez pour une image plus grande.   Cliquez pour une image plus grande.   Cliquez pour une image plus grande.

J'ouvre le colis qui contient les éléments du Waterlust que je vais construire avec Daniel et Jean-Pierre du 4 au 13 avril.

 

Tout comme l'Expedition Wherry, c'est le premier exemplaire du Waterlust que je construis. C'est aussi le premier d'Europe : il n'y en a que quelques-uns qui naviguent aux Etats-Unis car c'est un plan qui n'existe que depuis quelques mois.

 

Dans le cadre des préparations que je fais avant la construction accompagnée, j'ai passé une couche d'époxy sur toutes les pièces du kit, puis j'ai poncé cette première couche afin de donner une accroche aux revêtements suivants (collage, stratification ou seconde couche d'époxy) et je pré-assemble le coeur du Waterlust : le puits du "moteur" Hobie placé devant celui de la dérive.

    Cliquez sur les photos pour les voir en grand    
Cliquez pour une image plus grande.   Cliquez pour une image plus grande.   Cliquez pour une image plus grande.

Avec Daniel et Jean-PIerre, nous faisons la couture de la coque.

 

En quelques heures, toutes les sutures de fil de cuivre sont posées.

 

Nous terminons notre première journée par le collage.

    Cliquez sur les photos pour les voir en grand    
Cliquez pour une image plus grande.   Cliquez pour une image plus grande.   Cliquez pour une image plus grande.

Stratification de la surface intérieure : seules la sole et la paire de virures 1 sont stratifiées.

 

Essayage du Hobie Mirage Drive dans son puits. L'ajustement de l'un pour l'autre nous a pris beaucoup plus de temps que prévu. Pour ceux qui ne connaissent pas ce système de propulsion :

 

Pause photo !

    Cliquez sur les photos pour les voir en grand    
Cliquez pour une image plus grande.   Cliquez pour une image plus grande.   Cliquez pour une image plus grande.

Collage du "couvercle" du puits du Mirage Drive, des deux compartiments étanches de part et d'autre, et de celui de la dérive sabre.

 

Puis collage du pont, pressé par l'adhésif sur tout son pourtour.

 

Ponçage...

    Cliquez sur les photos pour les voir en grand    
Cliquez pour une image plus grande.   Cliquez pour une image plus grande.   Cliquez pour une image plus grande.

Seconde couche sur les joints extérieurs et bouchage des trous des sutures.

 

Gros plan sur l'ouverture du Mirage Drive, celle de la dérive et le nable qui permet de vider le bateau lorsqu'il est sorti de l'eau.

 

Stratification du pont.

    Cliquez sur les photos pour les voir en grand    
Cliquez pour une image plus grande.   Cliquez pour une image plus grande.   Cliquez pour une image plus grande.

Puis ponçage (encore !)

 

Gros plan sur l'ouverture de la grande soute savant. Le coqueron arrière est relativement petit car la cloison de l'arrière du cockpit est ouverte afin de permettre à une personne de dormir au fond du bateau.

 

Collage de l'encadrement de la trappe de la soute avant et de l'hiloire de cockpit. La pièce circulaire est le cache qui permet de fermer le trou du passage du mât à travers le pont.

    Cliquez sur les photos pour les voir en grand    
Cliquez pour une image plus grande.   Cliquez pour une image plus grande.   Cliquez pour une image plus grande.

Essayage du gréement : au lieu de gréement standard de cat-ketch (rien à voir avec les chats), Daniel a choisi un gréement de sloup à livarde.

 

Le centre de poussée vélique et le centre de gravité de ce gréement me paraissent équivalents au gréement standard de cat-ketch, mais nous verrons plus loin qu'ils sont trop élevés pour que le bateau soit facile sous voile.

 

Stratification de l'extérieur de la coque, sur la même zone qu'à l'intérieur.

    Cliquez sur les photos pour les voir en grand    
Cliquez pour une image plus grande.   Cliquez pour une image plus grande.   Cliquez pour une image plus grande.

Et voilà !

 

Dernières photos après la mise en place de l'accastillage.

 

Et c'est le départ pour La Rochelle !

    Cliquez sur les photos pour les voir en grand    
Cliquez pour une image plus grande.   Cliquez pour une image plus grande.   Cliquez pour une image plus grande.

Du 27 au 30 avril, nous étions au Lac du Der pour le Rassemblement Arwen Marine avec 47 bateaux et plus de 80 participants.

 

Et parmi les 47 bateaux, il y avait le Waterlust de Daniel !

 

Le Mirage Drive a démenti son nom en fonctionnant parfaitement et donnant une vitesse soutenue pour un effort minime, par contre c'est la partie "voile" qui a été décevante : la Waterlust n'a pas assez de stabilité latérale pour son gréement actuel et Daniel m'a commandé des flotteurs pour l'aménagezr en trimaran : à suivre !

    Cliquez sur les photos pour les voir en grand    
Cliquez pour une image plus grande.   Cliquez pour une image plus grande.   Cliquez pour une image plus grande.

Après la construction de ces deux bateaux, je reviens sur la Yole de Chester pour la terminer : peinture et vernis, lettrage au tableau enroulé autour de la fleur de lys fournie par Eric.

 

Comme à chaque fois, je ne suis pas trop content de mon vernis, mais l'ensemble reste présentable !

 

J'impressionne les dames avec mes travaux d'aiguille !

    Cliquez sur les photos pour les voir en grand    
Cliquez pour une image plus grande.   Cliquez pour une image plus grande.   Cliquez pour une image plus grande.

Mais il est vrai que ça a plus de "gueule" que des manchons en PVC...

 

L'absence de planchers permet de voir la jolie géométrie intérieure de la Yole de Chester.

 

Et hop ! Encore un bateau qui quitte l'atelier, le 93eme depuis 11 ans, tous modèles confondus !

         
Nouvelles précédentes Trouver une page par date Pas de page plus récente

Tous ces superbes bateaux sont des kits de bateaux en bois à construire soi-même selon la technique du « cousu-collé », utilisant du contreplaqué, de la résine époxy et de la fibre de verre. Construire son bateau soi-même procure beaucoup de plaisir et une grande fierté. Démarrer à partir d’un kit vous facilite la tâche  : vous n’avez pas à vous soucier de trouver vous-même tous les éléments : contreplaqué, bois, résine époxy, tissu de verre, etc. Tout est "dans la boite", comme une maquette géante. Le fait que les pièces soient déjà découpées vous évite l’angoisse de l’erreur et une partie assez ingrate au début du projet. Vous hésitez à vous lancer seul : venez à notre atelier pour une "construction accompagnée". Si vous cherchez plutôt un bateau "tout fait", nous pouvons construire pour vous chacun de ces bateaux : demandez nous un devis pour votre bateau "barre en main" !

Haut de page Retour Glossaire
Copyright © Arwen Marine Emmanuel Conrath 2018 www.arwenmarine.com